Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet

Joe, le cocker, mon premier Ed’s dog

« Edward’s Menagerie – Dogs » de Kerry Lord (Pavilion)

Après mes premiers Ed’s animals, le calendrier de l’Avent TOFT et Mini-Cyrielle, ma première Ed’s doll, il était temps d’étrenner « Edward’s Menagerie – Dogs », livre que j’avais déjà depuis plus d’un an et que je n’avais encore ouvert que pour m’extasier devant les différents modèles.

Un chien, oui mais lequel ?

Je ne savais pas par quelle race commencer. Mon chien est un croisé schnauzer et je préférais débuter avec un patron expliqué de A à Z avant de composer la réplique de mon compagnon avec différents éléments, surtout que je ne suis pas encore sûre des couleurs à utiliser pour reproduire les nuances de son pelage. Toujours ces questions de couleur… J’aime chercher la vraisemblance pour les projets censés évoquer le réel. C’était déjà le cas pour Mini-Cyrielle.

Plusieurs modèles me tentaient, je pensais notamment aux chiens de plusieurs ami-e-s. Pour le moment, après de nombreux cadeaux de naissance ces dernières années (de quoi écrire quelques billets), j’ai envie de choisir mes projets DIY en fonction de mes envies et de faire plaisir directement à des amis, pas uniquement de gâter leur progéniture.

Golden retriever de telle amie, cocker de telle autre… Oh ce basset a une chouette bouille ! Et pourquoi pas un teckel ? Dans ce cadre, choisir n’est pas renoncer mais postposer. Par où commencer ? Et puis, un peu par hasard, au détour d’une conversation sur mes nombreux encours et envies de nouveaux projets, la demande est arrivée : « Si tu me faisais un cocker ! » Ce n’est pas qu’il suffit de demander mais j’y avais déjà pensé. Une envie de faire plaisir à l’heureuse propriétaire de quatre chiens dont trois cockers. Restait à choisir la couleur et, comme c’était une première, j’ai opté pour la facilité : d’abord un uni, on verra plus tard si j’arrive à analyser les différentes zones de couleur pour évoquer plus ou moins fidèlement un pelage polychrome.

Cocker au crochet (© YAD)

Utiliser un reste et tomber à cours de laine…
ou la bonne excuse pour passer commande

J’ai utilisé le reste de coloris « Stone » de mon calendrier de l’Avent. Ça n’a pas suffi, j’ai donc repassé commande chez Toft, profitant de l’occasion pour commander le livre avec les oiseaux (paon en cours) et pré-commander le prochain « Edward’s menagerie – The new collection », tout en bénéficiant de quelques patrons offerts. Service toujours au top, laine magnifique, c’est toujours un peu la fête quand le facteur apporte le colis. D’autant plus que là, pattes, corps et queue terminés, la première oreille avait dû être mise sur pause alors que je commençais à gérer les fameuses mailles fourrures (loop stitches en V.O.) qui restent toujours un rien ardues, même pour une crocheteuse dans mon genre que rien n’arrête (même pas le crochet 0.75 pour le fil dentelle mais ça, c’est une autre histoire…).

Cocker au crochet (© YAD)

Un projet de difficulté moyenne

Point de vue difficulté, rien de particulier à signaler. Les mailles fourrure sont toujours un peu plus compliquées que le reste et je déconseillerais aux débutant-e-s de commencer par un projet qui en contient. Néanmoins, la motivation peut faire la différence et, dans le cas présent, on peut toujours, comme je l’ai fait, commencer par les pattes et le corps pour se familiariser avec les techniques de base.

Je possède le livre en anglais mais ça ne me pose pas de problème. J’ai aussi de nouveau eu recours aux tutos de Kerry Lord (aussi en anglais) et je les trouve bien utiles. J’ai été en particulier attentive à celui sur l’assemblage. Et tant que j’évoque l’assemblage, j’avoue que j’ai un peu chipoté pour avoir les deux oreilles à la même hauteur. J’ai cousu et décousu trois ou quatre fois la deuxième oreille pour qu’elle soit « de niveau ».

J’ai mis à profit le reste de rembourrage du calendrier de l’Avent et j’en ai encore. Je me demande si je ne crochète pas très serré par rapport aux standards de la marque, ce qui expliquerait que j’aie un tel surplus de fournitures. Ce n’est pas pour me déplaire, quoi qu’il en soit. Le rembourrage n’est pas difficile en soi mais il faut bien doser. La difficulté de ce dosage et de bien positionner les pattes arrière fait qu’au final, le cocker a un peu de mal à tenir assis. Ce sera un point d’attention dans mes prochains Ed’s animals.

Cocker au crochet (© YAD)

Le résultat : cocker approuvé par sa propriétaire

Je suis contente du résultat. La laine TOFT a un très joli rendu. Je suis aussi assez fière des broderies pour les yeux et la truffe. Une amie qui a vu les photos m’a dit qu’il était « parfait » et la destinataire du cadeau est ravie.

Publicités
Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle, Matériel

Mini-Cyrielle (7/7)

Le résultat final

J’ai commencé Mini-Cyrielle, ma première Ed’s doll en mai 2018 et l’ai terminée en février 2019. J’en suis plutôt contente.

J’enverrai une photo à la vraie Cyrielle, je me demande ce qu’elle en pensera.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : la poupée avec tous ses vêtements et accessoires

Récapitulatif du matériel et des fournitures utilisés :

  • Livre : Poupées au crochet de Kerry Lord (Marabout)
  • Crochet 3mm
  • Coton DMC Natura
    • Peau : coloris n°82 Lobelia
    • Cheveux : coloris n°37 Canelle
    • Écharpe : coloris n°54 Green smoke
    • Sac : coloris n°62 Cerise et n°11 Noir
    • Gilet : coloris n°09 Gris argent et n°10 Aswan
    • Tee-shirt : coloris n°01 Ibiza
    • Jeans : coloris n°17 Blue night
    • Bottes : coloris n°41 Siena
  • Yeux : yeux thermocollants Rayher
Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle

Mini-Cyrielle (6/7)

Les cheveux : effet bouclé, volume, coupe et forme

Une fois tous les vêtements confectionnés, il me restait une partie importante : les cheveux. Attacher les cheveux sur la tête n’a rien de compliqué. Ça demande un peu de réflexion pour couper les fils à la bonne longueur (un peu plus long que désiré pour avoir le loisir de procéder à la coupe après) et un rien de patience pour nouer chaque brin.

J’ai hésité à changer de type de fil pour les cheveux parce que Cyrielle, la vraie, est bouclée. Avec de la laine, j’aurais pu défaire les brins pour obtenir un effet ondulé. Mais j’ai préféré rester sur la même gamme (DMC Natura) et j’ai choisi le coloris n°37 Canelle.

Pour obtenir un effet bouclé, j’ai réalisé une longue chaînette avec le coton choisi. Je l’ai laissée en attente pour que le fil prenne la forme et, le lendemain, l’ai défaite pour obtenir un long fil ondulé. J’ai coupé des brins et les ai fixés sur la tête. Pour obtenir le volume souhaité, j’ai dû refaire plusieurs chaînettes et ai donc réalisé l’opération sur plusieurs jours. Ma principale difficulté a été de réussir à obtenir une chevelure assez dense et à positionner les cheveux sans que la couleur du crâne apparaisse de trop au niveau de la raie.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : les cheveux avant mise en forme

A la fin, une petite coupe s’imposait. Mini-Cyrielle avait enfin des cheveux. Sa chevelure était ondulée, volumineuse, assez fidèle au modèle selon mes critères. Il ne restait plus qu’à terminer de l’habiller

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : la coupe de cheveux
Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle

Mini-Cyrielle (5/7)

Le souci du détail : un sac pour compléter la tenue

Je voulais doter Mini-Cyrielle d’un petit sac fuchsia (coloris n°62 Cerise et bandoulière en coloris n°11 Noir). J’ai entièrement inventé ce mini-accessoire. Je travaille très peu sans patron. Du coup, je suis assez fière de ce petit détail.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : sac
Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle

Mini-Cyrielle (4/7)

Personnalisation : gilet et écharpe

Pour le gilet, j’ai choisi d’adapter un modèle de veste du livre (Poupées au crochet de Kerry Lord (Marabout)). Au début, je m’étais lancée dans une adaptation ambitieuse et compliquée. Par souci de conformité avec la réalité, je voulais un gilet avec de larges chevrons. J’ai tenté d’obtenir des zigzags avec une composition alambiquée de mailles serrées et de brides, pour que le changement de couleur fasse apparaître les chevrons. C’était compliqué et pas forcément fidèle à mon idée.

Je me suis rabattue sur une adaptation plus simple à mettre en œuvre . J’ai crocheté une veste gris clair (coloris n°09 Gris argent) avec des devants plus larges que ce que prévoyait le patron afin d’évoquer la forme du gilet à pans. Les chevrons ont été ajoutés par la suite, à l’aide de mailles coulées traversantes dans une nuance plus foncée (coloris n°10 Aswan).

L’écharpe était certainement la pièce la plus facile : un long rectangle de demi-brides vert d’eau (coloris n°54 Green smoke). Le plus difficile a été de réaliser les franges. Non pas que ce soit techniquement compliqué mais j’ai hésité pour le nombre de brins à utiliser pour que les franges soient suffisamment touffues.

Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle

Mini-Cyrielle (3/7)

En jeans, tee-shirt blanc et bottes

Mini-Cyrielle est inspirée de ma prof d’anglais de l’an dernier. Je savais dès le début du projet que je souhaitais qu’elle porte un jeans et des bottes brunes par-dessus. Je souhaitais aussi reproduire le gilet gris à pans du modèle et j’ai choisi qu’il prenne place par-dessus un simple tee-shirt blanc.

J’ai réalisé, toujours en DMC Natura, un pantalon bleu foncé (coloris n°17 Blue night), des bottes brunes (coloris n°41 Siena) et un tee-shirt blanc (coloris n°01 Ibiza). L’enfilage des vêtements sur la poupée n’est pas très facile : il faut la comprimer un peu au passage des différentes pièces mais l’ensemble reprend sa forme à la fin de l’opération. Cela donne une raison supplémentaire (outre la flexibilité et l’esthétique de la poupée) de ne pas abuser sur le rembourrage.

Il me restait à compléter la tenue pour la faire correspondre au mieux à celle de mon inspiratrice. J’entrais dans le vif du travail de personnalisation. Et les cheveux ont été laissés pour la toute fin.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : les vêtements de base
Arts du fil, Bibliothèque créative, Crochet, Ed's doll : Mini-Cyrielle

Mini-Cyrielle (2/7)

Des jambes, des pieds, des bras, des mains et surtout… des doigts !

Le tronc et la tête de Mini-Cyrielle réalisés, je suis logiquement passée aux jambes et aux bras. Rien de spécial à signaler pour les jambes. La forme et la longueur peuvent sembler un peu étranges au début mais le résultat donne bien une fois les membres cousus.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : jambes et bras

Pour les bras, le livre (Poupées au crochet de Kerry Lord (Marabout)) propose de choisir entre une version simple et une détaillée. La différence se situe au niveau des mains : le bras simple se termine par une main stylisée alors que le bras détaillé fait apparaître les cinq doigts de chaque main. J’ai réalisé deux bras détaillés. Crocheter les doigts n’est pas évident. Au crochet, travailler sur de si petits tours de mailles demande de la dextérité. J’ai dû m’y prendre à plusieurs reprises, procéder par essais et erreurs, défaire et refaire mais je suis contente du résultat. Ça valait le coup de chipoter un peu.

Une fois les 4 membres légèrement rembourrés aux extrémités (c’est toujours la consigne pour les modèles de Kerry Lord) et cousus au tronc, j’ai obtenu ma poupée de base. Il restait à l’habiller et à lui ajouter des cheveux, dont je n’avais toujours pas choisi la couleur. Par contre, j’avais une idée précise de la tenue à réaliser.

Mini-Cyrielle, poupée au crochet : la poupée de base